Qu'entend-on par «intégration professionnelle»?

Les personnes handicapées doivent pouvoir gagner leur vie par elles-mêmes dans le premier marché du travail, totalement ou en partie. En d'autres termes, elles ont besoin d'emplois. C'est aussi la philosophie de l'assurance invalidité (AI) qui dit que «l'intégration prime la rente».

Dans notre société, le travail est probablement le facteur d'intégration sociale le plus important. Il est donc logique que toutes les personnes avec un handicap qui le veulent puissent trouver un emploi, qui soit gratifiant et adapté à leurs besoins.

Cette attente n'est malheureusement pas satisfaite. Les personnes handicapées font partie du groupe de ceux et celles qui subissent une discrimination à l'embauche et qui ne trouvent pas de travail, malgré les visions prometteuses de la révision en cours de l'AI.

En quoi les personnes handicapées sont-elles lésées dans le monde professionnel?

Trop peu d'employeurs sont prêts à engager des personnes handicapées, même si celles-ci remplissent les conditions voulues :

Le taux de chômage est plus élevé chez les personnes avec un handicap:

Ainsi le taux de chômage des personnes avec handicap était de 6,8% à la fin des années 90, contre 3,3% pour l'ensemble de la population (OCDE, 2004)

Les jeunes handicapé-e-s qui en auraient les capacités n'ont de loin pas tous la possibilité de faire un vrai apprentissage ou d'accomplir une scolarité normale:

Les personnes handicapées subissent toutes sortes de discrimination

Les personnes ayant un handicap invisible ne mentionnent pas, dans certaines situations, leur handicap.

Les personnes handicapées font face à de nombreux préjugés.

Dans une grande majorité de situations, on croit que les personnes ayant un handicap psychique manquent simplement de volonté.

L'engagement d'AGILE en bref :

retourner