Infeuille Sécurité sociale

AGILE De meilleures conditions de vie pour les personnes handicapées!

Une infeuille d’AGILE.CH Entraide Suisse Handicap

Que signifient « de meilleures conditions de vie »?

Les personnes handicapées doivent pouvoir vivre dignement, sans devoir compter chaque sou, étant contraintes à quémander des aides publiques ou privées. Elles aspirent à une activité rémunérée offrant un salaire décent ou à une rente couvrant les besoins vitaux, voire à une combinaison des deux.

Quel est le problème pour les personnes handicapées?

Le fossé subsiste entre les beaux discours et le quotidien des personnes handicapées. La Constitution fédérale prévoit depuis des décennies que les rentes AVS et AI « doivent couvrir les besoins vitaux de manière appropriée ». Pourtant, on n’y a jamais sérieusement donné suite. Au contraire, l’acceptation de la RPT (réforme de la péréquation et de la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons) en 2004 a relégué la question. De même, les personnes handicapées sont souvent totalement exclues du 2e pilier, qui doit, selon la Constitution et en complément du 1er pilier, garantir le niveau de vie antérieur. Tout cela parce que pour bon nombre d’entre elles, l’accès au marché de l’emploi ordinaire relève de l’utopie.

La 5e révision de l’AI restreint sensiblement les prestations et complique tellement l’accès aux rentes que de nombreuses personnes handicapées en sont réduites à l’aide sociale. De même, le principe «l’insertion avant la rente» tant promis reste presque lettre morte, car la révision n’oblige aucune entreprise à maintenir à leur poste ou engager des personnes handicapées.

Qu’a-t-on fait pour changer cela?

Presque rien! La 5e révision de l’AI vise à faciliter l’intégration des personnes handicapées dans le marché du travail. En réalité, elle consiste surtout en une opération de démantèlement au détriment des plus faibles.

Que faire maintenant?

AGILE.CH s’engage pour que les révisions des assurances sociales améliorent les conditions de vie des personnes handicapées. Elle défend leurs intérêts par un travail de lobbying et de relations publiques, et si nécessaire en utilisant l’outil du référendum. Actuellement, il est essentiel que l’assurance invalidité obtienne les moyens supplémentaires qui lui sont absolument nécessaires et que la 6e révision de l’AI ne rime pas avec un nouveau projet de démantèlement, au titre respectable d’une «intégration après la rente».

L’engagement d’AGILE.CH en bref

Depuis 1951, AGILE.CH lutte notamment …

  • …pour permettre aux personnes à faible revenu ou travaillant à temps partiel d’accéder aux caisses de pensions
  • …contre une réduction des rentes AVS et AI
  • …pour doubler l’allocation d’impotence et pour un supplément au titre de l’accompagnement pour faire face aux nécessités de la vie

Où en sommes-nous début 2009?

Depuis bientôt dix ans, on bricole autour de la 11e révision de l’AVS. Aucune solution faisant le consensus auprès de tous les partis et associations n’est encore en vue. Seul le relèvement de l’âge de la retraite des femmes est à l’ordre du jour, renvoyant aux calendes grecques la question de la flexibilité de l’âge de la retraite pour les personnes à faible revenu ou travaillant à temps partiel.

Avec la 1ère révision de la LPP (prévoyance professionnelle), le seuil d’admission a été ramené à un revenu de 19 890 francs. Pour de nombreuses personnes handicapées, ce seuil est encore trop élevé. Il faudrait le réduire à environ la moitié du montant initial de 25 000 francs.

Le peuple a accepté la 5e révision de l’AI le 17 juin 2007 de manière relativement timide. Celle-ci réduit encore plus les prestations déjà modestes (p. ex. suppression du « supplément de carrière » et des rentes complémentaires en cours). Certes, elle prévoit des mesures encourageant l’intégration professionnelle des personnes handicapées, mais ces mesures sont bien trop timides à l’égard des employeurs pour véritablement relever la proportion de personnes handicapées ayant une place de travail. De réelles et rapides améliorations sont nécessaires. En outre, il faut absolument fournir à l’AI les moyens supplémentaires dont elle a besoin afin d’éviter qu’à l’avenir elle subisse d’autres réductions de prestation plus importantes.

retourner

DE