Infeuille intégration professionnelle

Pour l’intégration professionnelle des personnes handicapées!

Une infeuille d’AGILE.CH Les organisations de personnes avec handicap

Qu’entend-on par « intégration professionnelle »?

Les personnes handicapées doivent pouvoir gagner leur vie par elles-mêmes, totalement ou en partie. En d’autres termes, elles ont besoin d’emplois. C’est aussi la philosophie de l’assurance invalidité (AI) qui dit que « l’intégration prime la rente ».

En quoi les personnes handicapées sont-elles lésées dans le monde professionnel?

Trop peu d’employeurs sont prêts à engager des personnes handicapées, même si celles-ci remplissent les conditions voulues. La 5e révision de l’AI ne leur propose que des mesures d’encouragement symboliques.
Les jeunes handicapé-e-s qui en auraient les capacités n’ont de loin pas tous la possibilité de faire un vrai apprentissage.
L’AI est très réservée dans le soutien aux réorientations professionnelles, bien que celles-ci sont souvent indispensables aujourd’hui. Partant, de nombreuses personnes handicapées se retrouvent cantonnées dans des emplois à faible revenu et dans des conditions de travail déplorables, le tout sans le moindre espoir de changement.
De nombreuses personnes handicapées à faible revenu ou travaillant à temps partiel n’ont aucune chance d’adhérer à une caisse de pension, car le salaire n’y est assuré qu’à partir d’un montant relativement élevé.

Qu’a-t-on fait pour changer cela?

Les Offices AI refusent toujours plus de rentes sans trouver des emplois adéquats. La 5e révision leur donne plus de moyens de contrôle des assuré-e-s, mais le personnel nécessaire pour trouver et conserver ces emplois fait défaut. Les employeurs ne sont pas suffisamment incités à maintenir dans leur poste ou à engager des personnes handicapées. Il s’ensuit que les personnes handicapées sans emploi ni rente doivent solliciter l’aide sociale ou leurs proches.

Que faire maintenant ?

AGILE.CH observe de près l’application de la 5e révision de l’AI et dénonce les irrégularités notamment via un monitoring de la 5e révision de l’AI par les organisations d'entraide.

AGILE.CH veille à ce que les offices AI utilisent correctement les instruments mis à leur disposition par la 5e révision. AGILE.CH saisit chaque occasion pour promouvoir le maintien ou l’engagement de personnes handicapées.

AGILE.CH s’engage en outre pour un système AI plus souple autorisant à passer aisément d’un emploi rémunéré à une rente AI, loin du concept de «rente à vie» ou de celui faisant que reprendre un emploi supprime irrémédiablement la rente.

L’engagement d’AGILE.CH en bref

  • Travail de proximité : systèmes d’incitation, astuces pour postulation de personnes handicapées et pour les employeurs
  • Surveillance de l’application de la 5e révision de l’AI
  • Défense des intérêts lors de processus législatifs vis-à-vis des employeurs et d’autres organisations

Où en sommes-nous début 2009?

La 5e révision de l’AI doit non seulement réduire le nombre de nouvelles rentes, mais surtout maintenir les personnes handicapées dans le monde du travail. Pour cela, il faut des employeurs. Or, ceux-ci préfèrent agir à bien plaire et les postes accessibles aux personnes handicapées ne sont pas plus nombreux. Il manque clairement les mesures incitant les entreprises à engager plus souvent des personnes handicapées. Il est avéré que la plupart des employeurs ne sont pas suffisamment informés sur le comportement à adopter avec les handicapé-e-s, ne sachant par ailleurs où obtenir de l’aide à ce sujet. Il faut donc des informations ciblées.

La 1ère révision de la loi sur la prévoyance professionnelle (LPP) a abaissé le seuil du revenu minimum nécessaire à l’obtention des prestations de la LPP. Pour les personnes handicapées, qui n’ont souvent qu’un faible revenu, ce seuil est toutefois encore trop élevé. Lors des travaux préparatoires de la 1ère révision de la LPP, AGILE.CH proposait un seuil au niveau de la rente AVS simple minimale mais cette proposition est restée lettre morte jusqu’à présent.

La loi sur l’égalité pour les personnes handicapées (LHand) fait quasiment l’impasse sur la vie professionnelle. Les personnes handicapées et leurs associations veulent combler cette lacune dès que possible.

retourner

DE